– Les viols invisibles parlons-en –

1618

Dans mon parcours, j’ai maintes fois eu l’occasion de rencontrer des femmes portant dans leurs bagages des viols, des attouchements ou tout autre traumatisme du genre entravant presque systématiquement leur évolution à un moment donné de leur vie. Bien que le fait de parler de son histoire ne contienne pas la totalité de la solution, il y réside tout de même une clé puissante de libération en brisant le silence. Cela apporte aussi une modification des codes sociaux et même à petite échelle c’est toujours ça de gagné. Le mot « clé » ayant une étymologie proche de « clou », on peut facilement faire l’analogie avec un clou qui nous blesse : sous l’influence des émotions illusoires induites par de tels actes subis (culpabilité, honte, dégoût, etc.), il est facile de se convaincre que ce clou est insortable. Alors on peut évidemment choisir de l’enfouir puisqu’il est tellement gênant de le voir dépasser en surface, quitte à lui tordre la tête afin qu’il ne dépasse absolument plus. Mais il existe aussi le choix de l’extraire. Parler c’est déjà commencer à tirer dessus. Dans l’idéal, il est préférable de trouver une personne capable d’accueillir votre récit dans une parfaite harmonie émotionnelle afin de ne pas développer de résonance ou d’écho amplificateur de ces blessures. Le but étant au contraire de commencer à mettre en place un processus de transmutation qui sera actif même sans le savoir.

Mais aujourd’hui, je viens parler d’une toute autre dimension beaucoup moins révélée de ces violences. En effet, il y a un phénomène pour lequel le tabou est encore mieux gardé : les viols invisibles. Oui ça existe et la première chose à savoir pour les personnes sujettes à ce phénomène, c’est qu’elles sont loin d’être seules dans ce cas. Alors oser en parler peut contribuer à faire connaître davantage ce mécanisme et vous guidera probablement vers des personnes ayant trouvé une solution. Et si vous-même avez trouvé une solution comprenez que d’autres en ont éventuellement besoin, les partager est donc essentiel. Il est triste de constater qu’en plus de vivre ces choses elles se retrouvent enfermées dans une solitude étouffante acceptant presque la situation par dépit, simplement parce que personne de leur entourage ne peut concevoir ce qu’elles vivent, préférant alors envisager la folie ou relatant simplement sans explications un « tu attires ce que tu vibres » culpabilisant. La voix se doit désormais d’être au service de l’ouverture des consciences, alors parlons.

D’où vient ce phénomène ? Il serait prétentieux de ma part de prétendre connaître la totalité de la réponse tellement elle est vaste. Certains parleront d’abduction extraterrestre, je ne remets pas en question cette version mais je ne la développerais pas ici sachant à quel point l’illusion peut aussi nous être induite dans l’astral. Je dirais juste que l’expansion de cette version, facilite la vie à bien des terriens profiteurs car pendant ce temps, on ne s’imagine même pas que l’origine est peut être beaucoup plus proche qu’on ne le croit.
Il est capital de comprendre que les humains peuvent également faire de la projection astrale, de manière consciente ou non, heureusement pas toujours avec de mauvaises intentions. L’astral est relativement complexe et truffé d’illusions, une personne non préparée et/ou pervertie voyageant sur ces plans peut parfaitement choisir d’y trouver une proie parfaite pour assouvir ses pulsions sans mesurer les risques qu’il encourt en s’imaginant œuvrer sous couvert de l’anonymat le plus total (ce qui n’est absolument pas le cas). Pour les personnes qui le font inconsciemment, il est envisageable de les aider à ouvrir les yeux sur leurs fonctionnements de prédation. Je ne dis pas qu’ils sont excusables mais simplement qu’il y a une possibilité de les aider à reconnecter leur lumière. Pour ceux qui le font consciemment, il est aussi toujours temps pour vous de changer en vous mettant sur la voie intérieure, surtout qu’en restant enfermé dans ce schéma vous devenez également une proie de la prédation astrale si ce n’est déjà fait. C’est un chemin salutaire mais qui impliquera nécessairement une véritable remise en question de vos fonctionnements.

A vous qui vivez ce genre d’abus, sachez qu’en restant maître de votre royaume c’est vous qui avez le pouvoir ! Dire un « NON ! » ferme et assuré est extrêmement efficace à partir du moment où il est en véritable résonance intérieure et pleinement assumé.

Mon parcours m’invite aussi à m’adresser directement aux hommes qui se disent protecteur des femmes mais qui, de manière insidieuse, entretiennent chez elles ce besoin de protection ayant ainsi la garantie de toujours garder ce rôle de protecteur assez satisfaisant pour l’égo. Il est préférable de commencer par la protéger de notre propre égo en le maîtrisant (je n’ai pas dit détruire), c’est déjà un Sacré exercice rempli d’embûches. Mieux que de simplement protéger il me semble plus évolutif d’aider les femmes à réveiller leur divinité parce qu’une déesse ayant atteint son plein potentiel Véritable et Sacré est loin d’avoir besoin d’une quelconque protection.

Quelque part dans le grand ouest à 16:16 le cinq juin 2019

-BleuSalamandre-

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :