La légende de Sahomsimû -IV-

Il est temps d’apporter une précision sur le héros de cette légende : Sahomsimû est son nom intemporel, celui qui englobe le passé, le présent et le futur, n’en faisant qu’un interminable instant présent au milieu de l’univers.


Dans le sillage que je suis comme un marcheur sur un chemin subtilement éclairé, il m’arrive encore de croiser Sahomsimû. Tantôt pour une simple rencontre, tantôt pour bénéficier d’un incroyable appui dans de périlleuses situations. Mon impression qu’il avait déjà chevauché un des majestueux destriers noirs n’a pas tardé à se vérifier. Quand il apparaît de la sorte, aucun détail ne permet de le distinguer des autres cavaliers noirs, seule sa vibration le permet. De nature, nous avons peur de ce qui se présente en noir. C’est d’autant plus vrai avec ces présences encapuchées, dont on ne distingue aucun visage, tellement leur seule présence est porteuse de puissantes vibrations déstabilisantes. Bien des présences sont polymorphes dans leur approche de la matière et le choix du noir peut parfois n’être qu’un souci de discrétion.

Avec le secret qu’il a jusque-là bien gardé pour lui, Sahomsimû le sait bien.

Illustration de Godo sur : https://www.godo-art.fr/
Illustration de Godo sur : https://www.godo-art.fr/

Mais quel est donc son secret qu’il a gardé au fil des âges, traversant l’univers, allant de l’infiniment grand à l’infiniment petit, dans un sens ou dans l’autre et croisant de temps à autre cette bien chère Terre ? Ce secret, il en a parfois été le gardien par incompréhension, n’arrivant pas à l’appréhender dans sa totalité alors que dans d’autres temps, il l’a gardé par foi, s’évitant ainsi un bucher inquisiteur. Si la quête de la salamandre est pour perdre la forme elle n’est pas pour la détruire dans les flammes jaunies de la matière. Mais sans plus tarder ouvrons donc ce fameux coffre au trésor ardemment gardé qui ne peut apparaître qu’a des yeux entraînés. Si dans bien des vies il en a juste eu le pressentiment, Sahomsimû connaît désormais cette réalité, il est majestueusement accompagné d’une présence à la polarité inverse de la sienne. Ceci de tout temps et en toutes locations, qu’elles soient géographiques ou corporelles.

 

Celle qui telle une déesse, lui insuffle sa destinée sans se préoccuper qu’il en ait humainement conscience ou non, lui laissa de temps à autre l’occasion d’en percevoir un indice parlant. Un petit point rouge dans la nuit, révélant la présence d’une escarboucle n’aurait su être suffisant sans être accompagné par cette chaleureuse vibration de la roue liée à l’incarnation dans la matière. Cette première entrée venant du bas alors que nous vivons dans un monde qui ne cherche que le haut. Ces porteuses d’escarboucle que sont les vouivres sont malheureusement bien souvent dépeintes comme de simples polarités féminines à la sensualité exacerbée. Florilège d’illusions décrites par des hommes avides. S’il est exact qu’elles ont ce pouvoir de séduction quasi hypnotique, il est dommage de n’en percevoir que l’infime partie immergée de l’iceberg, limitant ainsi leur réel champ d’action qu’à de simples jeux de plaisirs égotiques. Cependant, chez les êtres subtils, comme chez les humains, les caractères et les intentions divergent alors cette situation est probablement une manne pour certaines, là où d’autres attendent que l’on s’ouvre à leur pleins potentiels, leur permettant ainsi de révéler les nôtres.

Je me souviens de la première rencontre de Sahomsimû avec cette présence, c’était lors d’une vie ecclésiastique alors qu’il logeait dans une église. Un soir, bien après la tombée de la nuit, il entreprit de créer de l’octarine, je ne sais s’il y est parvenu ce jour-là mais cette information porte en elle une importance capitale. Pour le Sahomsimû des temps modernes, cela indique qu’il avait l’utilité d’éclairer 7 voies à qui savait garder le cœur joyeux. Finalement Sahomsimû garde toujours bien des secrets que lui-même ignore encore, peut-être là aussi par foi. C’est tard dans la nuit qu’il rejoignit sa couche pour s’y allonger sur son flanc gauche et se laisser rapidement emporter dans un état de conscience modifié. Dans cet état il est extrêmement difficile de bouger son corps physique ce qui entraine fréquemment des peurs mentales qui prennent vite un réalisme incroyable bien qu’illusoire. Connaissant bien ce phénomène Sahomsimû ne se laissa pas facilement impressionner lorsqu’il senti une présence s’assoir juste derrière lui sur son lit. Oubliant la panique et rassemblant son courage il mit toute sa concentration pour se retourner, dans cet état vibratoire le temps est différent et les gestes lents. Il était alors qu’à demi retourné quand une main se posa délicatement sur son sacrum, enveloppant avec ses deux premiers chakras (les deux premiers selon la version des chakras la plus répandue). L’effet de surprise à peine estompé une chaleur incroyable allant du sacrum au cœur envahit Sahomsimû qui, bien qu’intimidé, demanda : « A….., c’est toi ? ». Malgré qu’il ne l’avait jamais en corps directement rencontrée, il connaissait assez bien cette vibration sous-jacente au fil de sa vie. À cette vibration généralement accompagnée d’un violet étonnant, Sahomsimû avait jadis donné un nom. Pour la première fois, elle lui fit entendre sa voix alors qu’il n’en distinguait que sa silhouette : « Tu le sais. » Puis, voyant que la stupeur de l’effet de surprise n’était pas totalement épuisée, elle rajouta avec le même calme « Détends toi, je suis là comme je l’ai toujours été. » Sahomsimû parvenu à nouveau au calme, elle ajouta une troisième phrase dans une langue inconnue de ce dernier mais non moins emplie d’une certaine intensité. L’homme apaisé par les mots, ils restèrent en échange ainsi pendant quelques minutes puis notre homme s’endormit en confiance. Son sommeil fut cette nuit-là si paisible qu’on pourrait s’imaginer qu’il venait de trouver ce derrière quoi il a toujours couru à l’extérieur. C’est depuis cette nuit-là que Sahomsimû compris qu’elle l’accompagnerait depuis l’intérieur encore dans bien des vies s’il le fallait.

C’est un passage du temps qui ramena cette histoire à notre époque pour nous la présenter comme une piste oubliée dans la vaste étendue des potentiels à explorer.


Des légendes de vouivres remontées jusqu’à notre temps, force est de constater que l’ampleur de leur véritable nature est bien souvent réduite. On en retient aussi ces histoires d’hommes tentant de leur dérober leurs escarboucles pendant qu’elles se baignent. Courage impétueux ou ignorance, lequel des deux peut-il réellement guider vers un tel faux pas ? En effet, derrière leur airs majestueux et leur amour inconditionnel envers celles et ceux qu’elles en jugent dignes, se cachent d’indescriptibles furies quand cela devient nécessaire. Le passage passe inévitablement par le respect de leur intégrité et la patience, entendons là « le pas-sage est pas science ». Il faut savoir que dans bien des dimensions les notions « bien-mal » n’existent pas. Lorsqu’une présence s’aligne simplement sur l’ordre cosmique, il n’est pas exclu que nous percevions ses actions comme soi-disant « négatives ». Voir depuis notre regard d’humain apeuré, s’enfermant de plus en plus dans de perpétuelles bulles de protection prétendues salvatrices, n’aide pas vraiment à faire un pas en avant. Remplacer notre jugement par un temps de réflexion éclairci bien des situations en apparence délicates.

Pendant que certains conspirent à leur voler leurs joyaux, d’autres leur en façonnent et inspirent mine de rien. D’autres en rêve alors comme une promesse faite à celles qui leur insufflent leurs destinées.


Lire les autres écrits de La légende de Sahomsimû :

La légende de Sahomsimû -I-
La légende de Sahomsimû -II-
La légende de Sahomsimû -III-
La légende de Sahomsimû -IV- (vous êtes ici)
La légende de Sahomsimû -V-



Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :