La légende de Sahomsimû -V-

S’il est des récits qui paraissent bien sombres au premier abord, ils n’en sont pas moins potentiellement porteurs d’espoir. Cette quintessence de La légende de Sahomsimû ce veut inscrite dans ce principe.
Vouivre-chasse



Dans ses états de service, Sahomsimû n’avait pas pour habitude de travailler pour des âmes incarnées à l’état d’enfants terrestres. Cependant, comme tout a un début, il y fut évidement honoré d’avoir un jour à le faire. Non pas qu’il ne portait aucun intérêt aux enfants, ces conditionnements l’encourageaient à les laisser vivre leur vies, convaincu qu’une  protection toute particulière leur était accordée. Il va sans dire que nous sommes tous un jour confrontés à l’expression « l’exception qui confirme la règle ». Mais quelles sont véritablement les règles ici, ne seraient-elles pas le fruit d’une inévitable capacité humaine à toujours devoir « tout faire rentrer dans des petites cases toutes faites » ? Il semble résider dans cette phrase un piège sournois empêchant certaines âmes de se réaliser pleinement pendant que d’autres se confortent dans une parfaite illusion enfermante. Finalement dans les deux cas le problème reste similaire.

C’était un soir d’hiver comme les autres. Haaa l’hiver…  ce doux parfum de feux de bois mêlé à la magie neigeuse d’une préparation au renouveau printanier, ce froid précédent la chaleur.  Tout s’est passé très vite, Sahomsimû fut simplement sollicité par une âme : Arniviha, qui connaissait son lien secret avec une vouivre/dragonne au potentiel étonnant ; d’ailleurs c’est directement à elle que s’adressait la demande. Il s’agissait de venir en aide à un enfant en proie à une maladie inflammatoire chronique. Demander l’aide de la vouivre n’avait à l’origine que pour but d’identifier ce qui pourrait favoriser la guérison du petit garçon que l’on appelait Timéo. En effet, forte de sa capacité à sonder les intentions et les énergies des personnes mais aussi de celles qui les environnent, la vouivre était bien souvent un atout incroyable pour ce genre d’action. Bien que souvent disposée à aider l’humain, elle a toujours disposée et usée de son libre choix d’aider ou non dans une situation, pouvant faire preuve aussi bien d’un amour incroyable pour certains cas que d’un dédain surprenant pour d’autres. Pour Timéo, elle y était pleinement disposée et la demande à peine formulée, elle se lança alors à sa rencontre depuis l’invisible. C’est à partir de ce moment que tout s’est enchainé à une vitesse folle. Ce qu’elle découvrit nécessitait une action immédiate. Ne se contentant plus de collecter des informations, elle se transforma alors en une décharge d’amour n’agissant plus que pour l’enfant. Son retour sur la situation laissa Sahomsimû stupéfait : jamais il n’avait rencontré de pareilles situations. En effet, la vouivre venait de l’informer que Timéo n’avait plus son propre corps éthérique que l’on appelle  aussi « corps vital ». On conçoit clairement, à l’énonciation de cette deuxième appellation, l’utilité vitale de ce corps subtil souvent décrit comme notre deuxième corps. Vivre sans ne paraissait pas concevable pour Sahomsimû. Pour ne pas être mis en touche de cet état de conscience modifié, il se refusa d’y réfléchir d’avantage. Une deuxième information fut alors rapidement prononcée : le corps éthérique de Timéo avait été volontairement enlevé par une entité éthérique afin de s’y glisser à la place, offrant ainsi à l’entité un champ d’action dans la matière pour assouvir ses propres fins. Paradoxalement, après le retrait du corps éthérique du garçonnet, c’était désormais l’entité éthérique qui le maintenait en vie.

Que faire face à une telle situation ? se demandait alors Sahomsimû. Il n’eut le temps de réellement y réfléchir ; d’ailleurs réfléchir n’est pas toujours la meilleure des solutions. Le plan d’action était déjà clairement édifié par la vouivre. Sans le dévoiler elle demanda juste à Sahomsimû et Arniviha de se concentrer sur la lumière véritable. Garantissant la portée de son action, il était capital pour la vouivre qu’ils soient tous les trois d’une concentration parfaitement synchronisée. Elle resta donc en simple veille, discrète le temps que les deux humains s’accordent sur le timing. Une fois le top départ énergétique impulsé, l’entité perçue immédiatement ce qui se jouait. Elle prit immédiatement la fuite avec la vouivre lancée à ses trousses. La rapidité d’une vouivre n’a d’égal que les lignes telluriques parcourant notre bien chère Terre. Rapidement, l’entité s’enfonça au cœur d’un monde sombre où les humains n’ont rien à y faire pensant ainsi échapper à sa poursuivante. L’abnégation de la vouivre ne laissa aucun répit à l’entité usurpatrice, quelque fut la destination de sa fuite. Elle la rattrapa en quelques secondes en plein milieu d’une forêt encore plus sombre que le monde qui la contenait. L’entité n’eut aucun recours face à une telle présence porteuse d’escarboucle. Rapidement le corps éthérique originel de l’enfant fut récupéré sans encombre.

Sahomsimû, témoin de la scène  se dit que tout était joué mais la vouivre lui fit rapidement comprendre que maintenant il lui fallait assumer son courage de s’être si profondément aventurée dans ce monde. En sortir sans dommage n’était pas chose facile ; la curiosité des présences endogènes à ce monde sans couleur commençait déjà à se faire sentir. Bien sûr la vouivre avait tout prévu et l’importance d’une parfaite coordination des trois parties allait prendre tout son sens. Connaissant l’automatisme vibratoire dont Sahomsimû était porteur, la vouivre lui transmis la vibration du danger. Ceci eu pour effet immédiat de faire vibrer toute la gauche de Sahomsimû sur la vibration des cavaliers noirs qui apparurent immédiatement, entourant la vouivre et son précieux trésor que constituait le corps éthérique de Timéo.  Ils l’escortèrent jusqu’à la sortie de ce monde ténébreux, les présences avides de curiosité s’écartant d’elles même face aux imposants destriers. Dès le retour en ce monde, les cavaliers s’éclipsèrent comme à leur habitude. À ce jour, jamais Sahomsimû ne les a vu  rester pour la gloire ; au mieux, ils s’arrêtent quelques secondes pour laisser une information capitale mais ce n’est qu’en de très rares occasions.

La parfaite synchronisation de la vouivre avec Sahomsimû et Arniviha avait assuré la réussite de cette première étape. La vouivre, maître de cette action au péril de son intégrité, dans son incommensurable amour, organisa une deuxième étape, à savoir un nettoyage du corps vital de Timéo avant de le lui remettre. À nouveau, la concentration des deux humains sur l’amour véritable vient jouer un rôle prépondérant dans cette œuvre. Un puissant nettoyage traversant remit à son état d’origine le corps éthérique de Timéo. Enfin, une concentration de lumière véritable vint accompagner la remise de ce corps à son propriétaire qui l’enfila joyeusement tel un petit garçon sautant dans son pyjama avant une merveilleuse nuit reposante.

Sahomsimû et sa compagne invisible n’étant qu’une aide momentanée pour Timéo, ils laissèrent Arniviha lui prodiguer un soin puissant dont elle seule détient le secret.

Même le constat le plus désastreux sur les fonctionnements dans ce monde n’a le pouvoir de nous éloigner de l’espoir. Le seul pouvoir qu’il peut avoir est celui qu’on lui accorde, que ce soit par ignorance, par simplicité ou par bien d’autres stratagèmes.


Lire les autres écrits de La légende de Sahomsimû :

La légende de Sahomsimû -I-
La légende de Sahomsimû -II-
La légende de Sahomsimû -III-
La légende de Sahomsimû -IV-
La légende de Sahomsimû -V- (vous êtes ici)



 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :